One Comment

  1. J’adore les feuilles qui crépitent autour du lampadaire comme dans un feu de cheminée, la lumière douce des froids soleils d’hiver, le bâtiment qui se noie dans un verre d’eau, la pancarte qu’on déchiffre à l’envers comme si c’étaient les dessous d’Hollywood, et l’épaisseur du chocolat dans lequel on s’apprête à tremper un churros qui se tortille déjà d’impatience, serpent cédant à sa propre tentation. J’adore !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *