Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on PinterestShare on Google+

On fête aujourd’hui… les 37 ans des accords signés entre le gouvernement de la République populaire de Pologne et différents comités de grève à travers le pays. S’il y a eu quatre journées de signature au total, dans quatre villes différentes, entre fin août et mi-septembre (regroupées en Pologne communément sous l’appellation “accords d’août”), on retient la date du 31 août 1980 parce que c’est celle de l’accord qui a été signé à Gdańsk par Lech Wałęsa et qui comprenait entre autres la possibilité de créer des syndicats indépendants parce que les organisations ouvrières ne s’occupaient pas assez des ouvriers. Le premier pas vers la formalisation officielle de Solidarność. L’accord de Gdańsk a été signé dans un des bâtiments du chantier naval où travaillait Lech Wałęsa. Ce bâtiment est désormais le siège et le musée de Solidarność (qui a malheureusement bien tourné le dos à son histoire et préfère aujourd’hui le gouvernement conservateur qui considère Wałęsą comme un paria anti-patriote…).

Le chantier naval est toujours en fonctionnement, et quelques parties sont assez facilement accessibles et observables, bien que son périmètre ait changé avec la construction de nouveaux bâtiments et l’abandon d’anciens hangars et lieux de production, certains transformés en salles de concerts, d’autres laissant place à des terrains vagues. Près de l’entrée historique du chantier naval a été érigé un monument à trois ouvriers morts en décembre 1970, dans les émeutes contre la montée des prix de l’alimentation imposée par le gouvernement. Et à côté de ce monument a été créé le Centre Européen de Solidarité (où Wałęsa a un bureau), lieu culturel d’exposition et de réflexion autour de la citoyenneté et de la solidarité aujourd’hui.

Le chantier naval en lui-même est un lieu impressionnant, chargé d’histoire récente et un peu difficile à décoder (j’imagine que vous êtes très déçus d’apprendre que je ne suis pas expert en construction de bateaux). J’étais vraiment contente de pouvoir m’appuyer sur l’application “le chantier naval est un femme”, conçue par les seniores et les seniors de la ville de Gdańsk pour découvrir les femmes et les lieux qui ont fait le chantier naval. Elle est disponible sur Android et iOS avec des textes en anglais, si ça vous voulez en savoir plus !

Untitled

Untitled

Untitled

Untitled

Untitled

Untitled

Untitled

Untitled

Untitled

Untitled

Untitled

Monument à la mémoire des ouvriers morts en 1970

Untitled
Untitled

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on PinterestShare on Google+

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *